Huiles essentielles : qu’est-ce que c’est ?

De nos jours, les huiles essentielles sont de plus en plus utilisées.
Très appréciées, il est possible d’y avoir recours par olfaction, diffusion, voie orale ou application cutanée.
Aujourd’hui, il est même possible d’apprendre à en faire usage en toute sécurité que ce soit pour votre santé, votre bien-être ou votre beauté. Mais qu’est-ce qu’une huile essentielle ? Comment peut-on les manipuler et quels en sont les bienfaits ? Quelles contre-indications sont à prendre en compte ? Je vous explique dans cet article l’essentiel à savoir sur les huiles essentielles et je ferai un petit zoom sur deux d’entre elles.
Attention : j’utiliserai régulièrement l’abréviation HE pour désigner le terme huile essentielle 🙂

Définition des huiles essentielles : 

Une huile essentielle est un extrait liquide de plantes aromatiques obtenu par distillation par entraînement à la vapeur d’eau sans aucun détartrant et sous basse pression.
La seule exception sera celles des agrumes. 
Ces derniers sont appelés ici “essences” qui sont en effet obtenues par expression à froid de l’écorce (comme un zeste de citron ou de pamplemousse).
Cet ensemble sera filtré et mis en flacon. 
Enfin, une huile essentielle provient uniquement de végétaux.
Aucune ne sera issue de matière animale ou minérale.

Critères de qualités d’une huile essentielle : 

Les huiles essentielles répondent à des critères stricts qu’il est important de connaître dans le cadre de l’aromathérapie.
En cela, il sera important de bien prendre connaissance de la notice et du packaging lors de vos achats. 
Il faut d’abord savoir quel est son genre (lavande par exemple), son espèce botanique et sa sous-espèce (par exemple, dans le cas de la menthe, on parlera de la menthe poivrée ou la menthe des champs). 
Ceci revêt une importance particulière dans le cadre des contre-indications notamment. 
D’ailleurs, celles-ci doivent être impérativement indiquées sur le flacon. 
Enfin, ne négligez pas de connaître sa provenance.

 

 

Comment utiliser les huiles essentielles ?

Les modes d’utilisation sont très variés ! 
Mode oral, cutané, inhalation, diffusion atmosphérique, massage… 
Chacune des huiles peut être utilisée d’une ou plusieurs manières différentes. 
Cela va dépendre de sa composition, de ses propriétés, mais aussi du type de public qui va en faire usage. 
En effet, l’utilisation de certaines d’entre elles ne sera pas adaptée par exemple chez les personnes asthmatiques ou photosensibles. 
Nous reviendrons sur ce point dans le prochain paragraphe. 

Utilisation des huiles essentielles par voie cutanée : 

L’HE, lorsqu’elle est appliquée sur la peau, sera toujours diluée dans une huile végétale (coco, olive, jojoba…) pressée à froid. Elle va ensuite traverser le tissu cutané pour passer dans la circulation sanguine.
Par exemple, dans le cadre d’épidémies hivernales, on utilisera une HE non agressive pour la peau comme l’eucalyptus radié. 
Mode d’emploi : Appliquer sur les faces internes du poignet un mélange de 3 gouttes d’HE  + 1 CS d’huile végétale. Les frictionner l’un contre l’autre et les respirer doucement. 
Renouveler l’opération deux fois par jour.
Si vous souhaitez en revanche agir sur le stress et améliorer votre bien-être : vous pouvez mélanger 10 gouttes d’HE de petit grain bigarade avec 1 CS de l’huile végétale de votre choix. Appliquez sur le plexus ou la colonne vertébrale et massez doucement.

Utilisation par voie orale : 

Sachez d’abord que de manière générale, il vaut mieux privilégier l’usage par voie cutanée. 
En effet, ingérer une HE n’est pas un geste anodin. 
L’ingestion se fera toujours avec un support (pain, huile végétale (attention au goût désagréable que cela laisse en bouche) ou bien par le biais de gélules. 
La posologie pour un adulte ne doit jamais dépasser 8 gouttes par jour. 
On y fera notamment appel dans le cadre du traitement des infections internes, troubles circulatoires et métaboliques. 
Pour illustrer, prenons l’exemple de l’huile essentielle de citronnier qui est stimulante et régulatrice pour le foie.
Elle sera donc à privilégier afin de compenser les abus post-fêtes ou soirées un peu trop arrosées. 
Elle est donc connue pour être dépurative mais aussi antivomitive dans le cadre du mal des transports. 
Enfin, elle sera également un excellent antiseptique aérien faisant ainsi office de nettoyant pour l’atmosphère lorsqu’elle sera mélangée au Ravintsara. 

Utilisation par voie respiratoire : 

Ici, les huiles essentielles pénètreront dans les voies : 

  • par le biais de l’air inspiré (en utilisant un diffuseur par exemple); 
  • en posant quelques gouttes sur les poignets ; 
  • en faisant des inhalations humides ou sèches. 

Les inhalations humides sont connues depuis la nuit des temps et il y a fort à penser que vous en ayez déjà fait.
Pour rappel, il faut verser de l’eau très chaude mais non bouillante dans un saladier et y ajouter 3 gouttes maximum d’HE de bois de rose par exemple. 
Penchez vous au dessus du saladier la tête bien enveloppée dans une serviette de toilette et surtout, fermez les yeux !

Autre option : le diffuseur, vivement conseillé pour assainir et adoucir les espaces de travail et lieux de vie. 
Vous contribuerez ainsi à prévenir épidémies et rhumes mais installerez aussi une atmosphère propice au bien-être et à la détente.
Pour cela, des mélanges déjà préparés existent en magasin bio ou boutiques spécialisées. 

 

 

Quelles sont les précautions d’usages ? 

La règle principale est de ne jamais utiliser les huiles essentielles sur les muqueuses ou le visage. 
Vous risquez en effet de sévères irritations voire brûlures. 
Si par accident un contact se fait entre une HE et vos yeux :  mettre quelques gouttes de l’huile végétale de votre choix sur vos yeux et tamponnez à l’aide d’un coton ou d’une compresse stérile. 

Une autre précaution concerne également les essences dont nous parlions au début de cet article. 
En effet, toutes sont photosensibles (agrumes mais aussi angélique). 
Cela veut dire qu’il peut y avoir une réaction de la peau lors d’une exposition au soleil.
Il vous faudra donc patienter 6h avant toute exposition si vous avez appliqué une HE. Par ailleurs, certaines comme l’huile essentielle de giroflier, de sarriette, de manuka ou encore d’origan compact sont dermocaustiques.
C’est-à-dire qu’elles peuvent être néfastes pour la peau, lors d’une utilisation pure. Il faut donc bien les diluer avec une huile végétale… voire ne pas en faire usage dans ce cadre.
Bien entendu, l’utilisation sur les enfants est bannie.

Enfin, d’autres sont neurotoxiques et proscrites sur les femmes enceintes, allaitantes, bébés et jeunes enfants.
Neurotoxiques veut dire qu’elles peuvent avoir un effet néfaste sur le système nerveux. Il faut absolument éviter de s’en servir avec un diffuseur.
On retrouve parmi elles l’huile de menthe poivrée, menthe pouillot, armoise, absinthe ou encore eucalyptus mentholé.

 

Zoom sur deux huiles essentielles à connaître

Comme prévu, je termine en faisant un petit focus sur deux huiles essentielles : l’huile de ravintsara et l’huile de petit grain bigarade.

Huile de ravintsara : Originaire de Madagascar, elle peut être utilisée tant sur la peau que pour les voies respiratoires. Il est également possible d’en faire usage sur les enfants.
Ses propriétés agissent notamment comme antiviral, expectorant, neurotonique et paradoxalement, elle accompagne vers la préparation au sommeil.

Huile de petit grain bigarade : Cette huile essentielle nous vient du nord de l’Inde, mais est cultivée sur tout le pourtour méditerranéen. Il est possible de d’utiliser sur la peau, par voie orale et les enfants peuvent tout à fait en faire usage.
Ses bienfaits sont très nombreux.
Elle est en effet surnommée « huile du stress » car elle agit contre les troubles du sommeil et plus largement comme régulateur du système nerveux.
Aussi, elle calmera les règles douloureuses, les spasmes, mais aussi les crampes.

 

Nous voilà arrivés à la fin de cet article !
J’espère que vous l’aurez apprécié.
Si vous aimez en apprendre un peu plus sur comment optimiser votre bien-être naturellement, je vous invite à lire cet article consacré à l’huile de coco !

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *